Forums Étudiants 2016

FORUM ÉTUDIANTS 2016

“ RÉINVENTONS LE FUTUR DU TRANSPORT AÉRIEN ”

ÉCOLE NATIONALE DE L’AVIATION CIVILE – TOULOUSE BUSINESS SCHOOL

par Francis Guimera, Président et les membres de la CT 3AF Aviation Commerciale

POSITIONNEMENT ET PROGRAMME :

Les 1er et 2 décembre 2016 l’Association Aéronautique et Astronautique de France/ Commission Technique « Aviation Commerciale » (3AF/CT Avia Com) a organisé un forum étudiants «ENAC, ISAE, TBS» sur le thème « Réinventons le futur du transport aérien ».

Chacune des écoles a été sollicitée pour engager une ou plusieurs équipes (de 5-6 étudiants) afin :

  • de réfléchir au rôle sociétal du transport aérien : comment doit-il être conçu pour servir au mieux les intérêts de la société ? Avec quelles priorités, quels apports ? quels écueils à éviter et comment, par exemple en concurrence avec les autres modes de transport, impact environnemental, utilisation de l’énergie, etc ?
  • d’en tirer des conclusions et des propositions,
  • de les faire se confronter lors du Forum…

Cette initiative, à la différence des colloques habituels (professionnels invités à imaginer le transport dans le futur et à promouvoir les solutions développées par leur compagnie) s’était fixé pour objectif de faire s’interroger les étudiants de ces grandes écoles sur le ‘POURQUOI ?’ bien plus que sur le ‘COMMENT ?’.

Cinq groupes ont été constitués. La CT « Aviation Commerciale » adresse ses remerciements aux enseignants qui se sont engagés avec détermination dans la démarche, et aux jeunes étudiants de formations diverses qui ont répondu

présents à son invitation : un groupe ENAC (cycle ingénieurs), un groupe ENAC (MOOC «Quel avion pour quelle mission?»), un groupe ISAE-Supaero (cycle ingénieurs), un groupe ISAE-Supaero (Master 1 Aerospace Mechanics and Avionics) et enfin un groupe TBS (Master 2 Aerospace Management).

 

FORUM ÉTUDIANTS 2016

Au moment du forum, ces équipes sont venues tour à tour présenter leurs réflexions ; ces présentations se sont conclues par deux tables rondes, la première entre les représentants de ces groupes et la deuxième entre des « grands témoins », représentant l’industrie, la recherche et l’enseignement. Les débats avec la salle et entre les intervenants, partie intégrante de la programmation, ont effectivement été nombreux, riches et animés.

 

DÉROULEMENT :

 

OUVERTURE DU FORUM :

Au nom du Directeur de l’ENAC, Marc Houalla, Patrick Senac, responsable de la recherche de l’ENAC, a ouvert la première journée de ce forum étudiant en argu­mentant la très stimulante ambition de réinventer le transport aérien, d’autant plus légitime que l’accéléra­tion des avancées scientifiques et techniques, ainsi que les multiples attentes sociétales pour le déploiement de nouveaux services et usages aéronautiques favorisent des évolutions radicales et des ruptures technologiques au sein des systèmes de transport aérien de nouvelle génération.

Philippe Jarry (3AF CT Avia Com) a ensuite rappelé le sens du thème choisi :

  • Pourquoi réinventer un transport aérien en croissance continue, alors que tout est déjà fait afin de faciliter l’accès de l’homme aux destinations choisies ?
  • Alors qu’énormément de lignes existent et que de nouvelles routes sont imaginées ?
  • Alors que de nouvelles offres promotionnelles sont offertes pour le bénéfice du voyageur ?

Autant de questions que Philippe Jarry a voulu que se posent nos jeunes participants afin de ne pas s’en tenir aux (fausses) évidences et de casser les cadres implicites limitant la vision du futur : Plus ou moins de liberté de choix et d’options? Pourquoi ? Plus ou moins de vitesse ? Pourquoi ? Plus ou moins de destinations ? Pourquoi ?

 

CONTENU DES PRÉSENTATIONS *:

 

JOUR 1

Groupe ENAC (MOOC) « Projet Clip Air » :

Ce groupe est issu d’un exercice MOOC organisé par l’ENAC. Le projet « Clip-air » a été présenté, le concept majeur consiste à remplacer la cabine intégrée à l’avion, par un système de capsules amovibles dans lesquels les passagers ont pris place initialement.

Une présentation a été faite autour de l’attente des usagers, au centre de la réflexion : le futur voyageur est de plus en plus exigeant sur la ponctualité, des « tubes de sécurité » sont envisagés pour fluidifier le trafic, permettre des trajets « verts », diminuer les risques d’erreurs de pilotage, améliorer les communications sol/vol, etc.

Ce concept soulève une question cruciale pour l’avenir du transport aérien, celle de l’intermodalité.

Groupe ENAC (cycle Ingénieurs) « Automatisation des aéroports » :

Ce groupe envisage une approche différente du contexte actuel.

On distingue deux zones d’application :

  • hors du tarmac : vérification des bagages, filtrage des passagers,
  • sur le tarmac l’action de robots corporatifs, pour l’ins­pection pré-vol de l’avion, pour les inspections dans le cadre de la maintenance programmée avec la capacité de reconnaissance des dommages potentiels, un opérateur sol manoeuvrant à distance et capable de visualiser les défauts, ce qui nécessite une banque de données devant être enrichie au fur et à mesure de l’expérience.

Deux thèmes important pour l’avenir du transport aérien sont ainsi soulevés, de celui de l’automatisation et celui des aéroports

Table ronde des représentants des élèves

Groupe ISAE-SUPAERO : Usages et représentations de l’aéroport et du transport aérien du point de vue des riverains :

Ce groupe nous a présenté les résultats d’une enquête faite par leur soin dans Toulouse et au voisinage de l’aéroport de Blagnac afin de connaître les opinions des personnes interrogées, sur la pollution aéronautique, l’effet de vitesse de l’avion, l’aéronautique du futur et la gestion/ construc­tion future d’aéroports.

Là encore, le thème de l’aéroport apparaît, cette fois sous l’angle du citoyen riverain sans qui rien ne pourra se développer. Une conclusion encourageante est d’ailleurs que le citoyen riverain bien informé est plus favorable à l’aviation que le citoyen éloigné de l’aéroport !

 

JOUR 2

Le deuxième jour le forum a pris place chez TBS (Toulouse Business School) dont le responsable « partenariats entreprises » et coordinateur de la Fondation TBS, Olivier Blanchard, nous a accueillis de façon simple et cordiale, renforçant ainsi les liens amicaux développés entre TBS et la 3AF-Midi-Pyrénées. Deux groupes restaient à entendre.

GroupeTBS : A shorter lifespan for more eco-friendly aircraft.

Le groupe a précisé le parc d’avions auquel il s’est intéressé (737, 747, A380, A350, A 320 Néo, 737 Max) avant de positionner son analyse de l’industrie aéronautique en utilisant la méthode PESTEL, avec :

  • Politique : « ciels ouverts mais pas trop »
  • Économique : « conflit entre les demandes et les besoins »
  • Social : « un service en ligne »
  • Technologie : « besoins d’avions hybrides et de nouveaux moteurs »
  • Environnement : « réduction des émissions de CO2 et faire face au terrorisme »
  • Légal : « un système commercial »

Le groupe propose une solution innovante à creuser pour stimuler la recherche et le renouvellement des flottes en vue de limiter au mieux les impacts environnementaux de l’aviation : imposer une durée limitée à l’exploitation des avions ou taxer les avions les plus vieux.

Le sujet traité par ce groupe est bien évidemment pertinent, le futur de l’aviation ne peut pas être abordé sans prendre en compte les questions environnementales.

Groupe ISAE- Masters : Réserver le billet à l’avance à un prix plus modique :

Le sujet concerne principalement les conditions dans lesquelles des jeunes (en particulier, mais pas seulement) pourraient voyager à des coûts plus modiques. Le groupe d’élèves concerné a déclaré résolument : « nous avons des droits sur notre vie, sur notre voyage, donc sur notre billet». Le groupe a rapporté qu’une question importante était liée au taux d’occupation des sièges, qui, en moyenne, est de 73,3%, selon l’IATA.

D’autre part, il apparaît indispensable de s’intéresser au nombre de sièges vacants par vol aussi pour son influence sur l’empreinte environnementale pour un nombre donné de passagers transportés.

Le sujet abordé s’inscrit dans le cadre plus large de la thématique du voyageur, de ses besoins, de ses aspirations, de l’accès au transport aérien du futur par tous.

TABLE RONDE DES REPRÉSENTANTS DE CHAQUE GROUPE

Afin de consolider les interventions de chaque groupe, un échange très vivant a eu lieu entre leurs représentants, sous la conduite de Sophie Darmagnac, Professeure à TBS. Quelques commentaires recueillis :

Ce forum est de nature à dynamiser les réflexions, tirant profit des différentes nationalités, donc des différentes sensibilités.

Des actions ont été proposées à travers les différentes interventions qui pourraient avoir un impact sur les avions, les aéroports et les voies aériennes.

Une grande conscience des impératifs du voyage aérien permettra de mieux appréhender les améliorations possibles.

Le futur de l’industrie aéronautique, recèle des impacts dont l’amplitude projetée peut être considérable.

La question de retour sur investissement doit être approfondie en ce qui concerne les investissements, les coûts et les salaires : ce sujet est à débattre et à creuser.

Nous devons faire un maximum de progrès pour espérer aller de l’avant, mais pourquoi pas ?

TABLE RONDE DES GRANDS TÉMOINS

Jacques Gatard (3AF CT Avia Com) a animé une discussion entre trois grands témoins invités pour cette occasion : Jean Michel Vernhes (Directeur aéroport de Toulouse Blagnac), Bruno Lamiscarre (ONERA, Directeur de département de recherche), Christophe Benaroya (Professeur à TBS, Directeur Aerospace MBA).

Il leur était principalement demandé leur avis sur l’apport des différents groupes, compte tenu des points très novateurs soulevés.

On peut noter :

Pour un aéroport, les relations entre les constructeurs et les aéroports, sont toujours étroites et de nature à anticiper les évolutions pour les 20 ou 30 ans à venir. Rien ne peut se faire si ces évolutions ne sont pas en accord avec les exigences réglementaires.

Au niveau du management des vols, les suggestions viennent de l’industrie avec une activité importante d’innovations technologiques pour lesquelles l’ONERA, toujours prête à travailler sur des idées de rupture, a une grande part d’activités. Ce qu’il est nécessaire de comprendre, c’est que chaque jour 3 millions d’objets volants se croisent dans le ciel et que si on n’automatise pas au maximum, on risque de diminuer le niveau de sécurité, ce qui est inacceptable.

Pour TBS, l’enseignement pour le management, l’étude de cas, l’approche réglementaire est de nature à être satisfait par les études technologiques. Tout ceci démontre l’impératif d’ouvrir nos esprits à l’innovation et

le challenge. Le plus important est d’avoir un processus interne afin de tester des nouveautés.

Chaque étude provient d’un cas réel et/ou d’une question de sécurité avérée. Rien ne peut être plus concret que l’étude technologique en référence aux exigences régle­mentaires et leurs démonstrations de conformité. L’amé­lioration à venir pour nos processus d’apprentissage implique de prendre en compte dans nos analyses, les activités sociétales ainsi que les facteurs humains.

Table ronde des grands témoins

 

CONCLUSIONS

Ce forum a permis notamment que soient soulevées par des jeunes en début de carrière des thématiques importantes pour l’avenir du transport aérien, avec un esprit ouvert et aussi dénué de préjugés que possible.

Une mise en commun des idées de plusieurs équipes provenant d’écoles différentes et à divers degrés (parcours Ingénieur et parcours Business) a eu lieu dans un contexte multinational impliquant des étudiants français et étrangers, en intégrant autant que faire ce peut une bonne partie du travail dans le parcours pédagogique de chacun. L’implication d’étudiants venant de plusieurs grandes écoles, chacune spécialisée dans son domaine, a permis de voir des approches à la fois très variées mais aussi (partiellement) complémentaires, à différents horizons temporels : automatisation lors de la visite pré-vol, repré­sentations de la part des riverains, durée de vie des avions, projet de gestion des sièges par les compagnies aériennes, concepts de transport aérien à l’horizon 2050.

Un essai de synthèse des propositions esquissant un transport aérien efficace et efficient, au service de la société du XXIème siècle a été émis. Une publication par la 3AF des présentations et débats dans les Actes du Forum sera faite.

L’organisation d’un forum étudiant sur l’avenir du transport aérien a été motivante et intéressante. De plus les participants ont demandé à la Commission technique 3AF « Aviation Commerciale » de rééditer un tel forum.